Réponses aux interrogations

Une enquête se doit d'être transparente. C'est la raison pour laquelle ce site s'attarde sur tous ses aspects, y compris sur les réponses à quelques critiques, la critique étant légitime dès lors qu'elle est sincère. Il faut toutefois garder à l'esprit qu'une fois cette enquête réalisée, elle a été suivie par une autre investigation qui en a confirmé les résultats. Ajoutons à cela que les témoignages sur la participation de Blancs au massacre du 13 mai 1994 à Bisesero n'ont pas été entendus que par le premier enquêteur. Ils l'ont depuis été par nombre d'autres personnes: autres enquêteurs, télespectateurs rwandais, public à l'occasion d'une rencontre au mémorial du génocide de Kigali...Il n'est, par ailleurs, pas difficile de parler à ces témoins pour qui le souhaite vraiment. Cela étant, ce site fournit bien sûr les réponses à toute interrogation.

Information importante: cette enquête a été la cible d'une calomnie orchestrée de longue date par un membre de l'équipe sans que l'enquêteur n'en soit informé. Cette calomnie a tenté de faire passer, à l'occasion d'une reconstitution collective, le remboursement des déplacements des témoins sur présentation de leur titre de transport pour l'achat de leur témoignage. Elle touche donc aussi bien l'enquêteur que les témoins. Il faut savoir que chaque témoin a apposé sa signature au regard du montant (de quelques euros chacun) qui leur a été remis en remboursement de leur titre de transport, chacun de ces titres ayant été remis à la comptabilité du ministère rwandais de la Justice. L'enquêteur a en sa possession la lettre officielle, signée et tamponnée, du ministère rwandais de la Justice (lettre n°149/08.25 du 4 février 2010) s’engageant à financer les transports locaux ainsi que le tableau de l’ensemble des signatures des témoins au regard de chacun des montants remboursés. Ces documents sont à la disposition de quiconque demande à les consulter. Merci donc de ne pas tomber dans le piège de cette calomnie et de prévenir l'enquêteur si elle se poursuivait, que ce soit par cette personne ou par toute autre personne, afin qu'une action en justice puisse immédiatement être diligentée. Depuis qu'il a été informé de cette malversation, l'enquêteur a pris contact par email avec la personne à l'origine de cette calomnie afin qu'il s'explique, ce que ce dernier n'a pas tenu à faire.


Remboursements 15fev2010 recto

 

Remboursements 15fev2010 verso

 

 

Remboursements 16fev2010 recto

 

 

Remboursements 16fev2010 verso